À PROPOS

popoyo

Holà,
Je m’appelle Camille, je suis de la région bordelaise. Cela fait de nombreuses années que j’ai le voyage dans le sang, mais c’est seulement en janvier, que je me suis lancée en sac à dos : seule à travers l’Amérique Centrale. Aujourd’hui je suis de retour en France, et il est temps de partager les souvenirs.

Et ce premier voyage?
J’ai toujours emprunté le « Kangoo » de maman, pour aller me faire des week end sur la côte, et profiter des copines en Erasmus pour aller visiter l’Europe. J’ai la bougeotte et vivre à Bordeaux, même en vélo, parfois ça ne suffit pas. Il y a eu le premier backpacking en Sicile avec une copine, qui m’a prouvé que le voyage me faisait vibrer.
J’avais besoin d’air, de deux mois loin de tout ce que je connaissais, de tout mes repères : j’ai longtemps hésité. Je voulais un pays assez « secure » pour y voyager seule, mais aussi avec des spots sympas et des conditions assez petites. (surfeuse de petites vagues : j’assume!). Finalement le Costa Rica est devenu un rêve, un paradis de verdure, un petit pays entre deux mers aux reliefs pleines de surprises et ma terre de coeur.

Kangoo trip Landes

Et comment tu as financé ton voyage?
Après des années d’études en Design de communication et d’espace, où je combinais les petits boulots avec en tête de partir à l’aventure, j’ai finalement trouvé un poste dans un cabinet d’architecte en tant que graphiste et dessinatrice. Deux années plus tard, j’ai finalement mis les voiles, non sans le terrible choix d’abandonner un poste bien loti, et un confort de vie.

Il y  a aussi l’alternative du volontariat, qui me permet de voyager à petit prix en étant toujours bien entourée, de pratiquer les langues étrangères, et surtout, de savoir ce qui me plaît ou non!

Et aujourd’hui?
Le voyage m’a ouvert des perspectives, un nombre infini de projets en tête et pourtant toujours si peu prête à les mettre en oeuvre. Cependant j’avance petit à petit. J’ai appris à compartimenter, et « chaque chose après l’autre ». Je reviens avec une énergie folle, et le désir de garder la « buena onda » des latinos.

J’ai décidé de vivre mes rêves, et de croire, que l’on peut vivre de ses passions. Aujourd’hui ça fonctionne, alors pourquoi pas demain?

Playa gigante Nicaragua

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s